/Angélique de Chabot

 

Il surgit du nadir
Exposition personelle, Chateau Malromét, commissariat Richard Leydier, Huitres, charbon, crustacés, cuir, oeufs. 20 x 3 x 2,5 m, 2018
N°24
Exposition personelle, Cabinet Dante, commissariat Laura Turcan
Praire, coléoptère, plumes, coquilles de moules,
20 x 15 x 15 cm, vitrine 20 x 20 x 35 cm, 2017
N°32
Araignée de mer, plumes,
30 x 20 x 20 cm, 2018
Équipement n°2
Cuir, astrakan 30 x 20 x 20 cm, 2018
Toursen
Photographie numerique couleurs,
Tirage papier aux dimensions variables, 2015 

 

 

Le travail d’Angélique de Chabot questionne le lien entre la chair et l’esprit, entre l’organique et la pensée, entre le vil et le sacré.À travers la sculpture, la photographie, le des-sin, elle interroge la spiritualité de l’humain et de l’animal, l’enveloppe charnelle et sa sensualité, son élégance. Elle compose avec la charge, la mémoire des éléments, vivants ou minéraux. Elle crée des totems, des talismans, des objets à fonction liturgique ; corps hybrides, créatures, veaux d’or, dieux à adorer ou à blasphémer.Une relation avec le corps des animaux, leur environnement et l’artiste s’établit systéma-tiquement avant transformation. Cette vie « avec » l’organique fait partie du processus de création et le caractérise. Cela contribue se-lon l’artiste à entrer dans la spiritualité, voir le sacré de sa productions puisqu’elle respecte même les réalités les plus vils de l’histoire de ses éléments.Plus d’infos…